Greenastic / Conseils / Préparer son potager

Préparer son potager

En hiver, il y a moins de travail de jardinage à faire. Cependant fin février (un peu plus tôt sous les climats chauds) il est temps de commencer à planifier ses plantations (que ce soit sur un balcon, en intérieur ou dans un jardin) et préparer son potager.
Plusieurs étapes sont d’abord nécessaires pour préparer son potager :
1. Evaluer son stock de graines potagères
2. Découvrir quelle(s) plante(s) et/ou légume(s) ont survécu à l’hiver
3. Définir ses attentes : quand vais-je cultiver et profiter de mes récoltes?
4. Concevoir son potager en prenant en compte l’ensoleillement, le budget, les associations de cultures, les rotations de cultures tout en pensant au rendu attendu
5. Planifier ses travaux entre semis et récolte

Pour vous aider, nous avons développé la GreenApp pour vous guider et vous permettre de créer les meilleures associations possibles entre plantes et légumes sans y connaître quoique ce soit ! Vous pourrez aussi découvrir quel(le) plante/légume convient le mieux à votre terrain.

Le choix des graines

En règle générale nous avons tous un petit (voir très gros) stock de graines. Avant toutes choses, il faudra y faire un tour pour identifier :
1. celles qui ne sont plus bonnes
2. celles qui n’ont rien donné l’année précédente
3. celles que l’on a envie de recultiver car le souvenir du goût des légumes vous donne déjà l’eau à la bouche
4. celles que l’on n’a pas encore testé mais qui donne envie de l’être pour cette nouvelle année

Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit de vérifier les dates des graines. En règle générale, il faut compter jusqu’à 3 ans après la date de production pour que les graines soient encore bonnes.
Ensuite, faire un tas de « graines à tester »; un tas de « graines que j’ai envie de récolter »; un tas de « celles-là on verra l’année prochaine ».

Prenez ensuite le tas de « graines à tester » et celui de « graines que j’ai envie de récolter » et regardez la période optimale de semis. Toutes les graines qui sont à semer rapidement, passent à l’étape suivante. Les autres, restent confortablement dans un petit bac pour la prochaine série de culture.

Le test de germination

le test de germination est parfois oublié ou mis de côté. Pourtant sur les graines qui ont été stockées dans des conditions non optimales, ce test est quasi obligatoire pour ne pas semer et être déçu de ne rien voir pousser.
Ce test est très rapide puisqu’il vous suffit de prendre entre 5 et 10 graines et de les mettre soit directement dans de la terre soit, comme nous le faisons généralement, entre 2 couches de coton.
Toutes les graines vendues sur Greenastic et présentent dans les Greenabox sont testées par nos soins
Attendez entre 2 jours et 3 semaines (selon le type de graine) et regardez les graines qui vont germer. En dessous de 4/5 ou 8/10 graines qui ont germé, nous considérons les graines comme « ayant un taux de germination bas ». Cela entraîne que vous devrez par conséquent augmenter le nombre de graines à semer pour espérer avoir des cultures visibles.
Notre conseil : en dessous de 2/5 ou 4/10 graines qui ont germé, nous détruisons le stock car les semis seront difficiles à réaliser.

Le tour du propriétaire

Avant même de se lancer dans la planification des travaux, il faut toujours faire le tour du propriétaire pour savoir quel(le) légume/plante a survécu à l’hiver mais aussi :
1. quelle partie de votre terrain a été mise en jachère ou au repos
2. quelle partie a été paillée ou enrichie avec du compost
3. quelle(s) culture(s) est encore en place
. Notamment, il faudra identifier les aromatiques qui ont survécu à l’hiver mais aussi, s’assurer qu’il n’existe pas de culture « dormante ». En effet, il arrive que nous plantions des graines qui ont besoin d’une période de froid et, alors que l’on commence à semer, on aperçoit des petites pousses apparaitre. Même si, encore maintenant, vous ne voyez rien pousser, il y aura peut-être des légumes qui vont pousser en début mars!

Définir ses attentes

Ce point est essentiel et pourtant il est très souvent oublié.
Quand nous parlons d’attente, nous parlons non seulement des légumes/plantes que vous désirez consommer mais aussi de l’esthétisme que vous voulez conférer à votre extérieur et enfin, de la période où vous pourrez vous occuper de votre extérieur!
Ce dernier point est trop souvent omis car bon nombre de personnes réalisent un très beau potager mais partent en vacances en juillet quand presque toutes les cultures arrivent à maturité! Du coup, s’installe une grande frustration de ne pas pouvoir récolter ses propres légumes et de ne pouvoir les manger en pleine période et seulement au retour des vacances…quand il en reste. Prévoyez donc non seulement les périodes de semis mais aussi les périodes de récolte.

Au niveau de vos attentes, il faut que vous soyez au clair sur :
1. quel est le but de mes cultures : est-ce un potager nourricier, est-ce un potager pour m’amuser, est-ce un potager pour décorer ou est-ce un potager pour tester des légumes que je ne trouve pas dans le commerce? Ces différentes questions vous amèneront à créer des potagers diamétralement opposés.
2. quel légume j’aimerais consommer
3. quand aimerais-je récolter mes légumes

Prendre en compte les paramètres du terrain

Ce point est toujours le plus complexe car il faut prendre en compte beaucoup de paramètres tels que l’ensoleillement, les cultures existantes, les rotations des cultures, les associations entre légumes, les besoins hydriques et la qualité du sol.
Vous retrouverez les conseils pour chaque paramètre dans nos fiches conseils ou en utilisant la Greenapp qui vous permettra de vous aider sur :
1. les associations entre légumes
2. l’exposition de votre terrain
3. la sélection des plantes adaptées à votre terrain
4. le nombre de plants à mettre selon votre surface

Planifier ses travaux entre semis et récolte

Bravo, vous êtes à la dernière étape!.
Maintenant que vous savez, quel(le) plante/légume vous allez mettre et à quel endroit, il ne vous suffit plus qu’à définir les périodes de semis et bien identifier quand semer les graines directement en terre, sous serre ou à l’intérieur.
En règle générale, il est conseillé de prévoir 10% de semis en plus par rapport à la plantation pour palier aux risques de non germination mais aussi pour avoir un petit stock au cas où certains semis fileraient ou seraient simplement mangés par des limaces ou tout autres insectes friands des jeunes pousses.
Nous espérons de tout coeur que la question “comment organiser son potager bio” n’a plus de secret pour vous ! Si tout cela vous semble complexe, sachez que la Greenabox a été conçue pour vous faciliter la vie puisque nous effectuons en amont ce travail 😉
Il vous suffira de suivre les indications du livret.

Pour finir, vous pouvez vous abonner à la Greenabox pour recevoir la prochaine dans votre boite aux lettres. Elle vous réserve de chouettes surprises !