Greenastic / Conseils / Concevoir un bac pleine terre en permaculture

Concevoir un bac pleine terre en permaculture

Le bac pleine terre est le meilleur compromis entre la culture en pot et la culture pleine terre. Permettant de structurer un jardin, le pot pleine terre a aussi de nombreux avantages : hauteur de travail, attaque réduite de nuisible, contact et échange avec la pleine terre…
Mais comment s’y prendre pour avoir un bac pleine terre bien construit et fonctionnel. Petit tour d’horizon.

Fabrication du bac pleine terre ou du carré potager

Comme nous l’avons vu dans la fiche de création d’un carré potager , avant de construire et remplir le bac en pleine terre, il vaut mieux prévoir :
1. l’exposition du terrain
2. L’accessibilité et l’espace
3. Le type de sol
4. Les points d’eau du jardin

Une fois l’emplacement du bac choisi, il faudra le construire.
En premier lieu, déposez une grille anti-rongeur afin que les rongeur ne parviennent pas dans vos cultures. Ces grilles ont des trous assez gros pour faire passer tous les autres animaux dont notamment les vers de terre qui feront beaucoup de bien à votre terre.
Au niveau du matériel, vous pouvez construire votre bac en béton, bois ou cagette. Si vous construisez en béton, ne perdez pas de vue que vous ne pourrez plus le déplacer et que rajouter un système d’arrosage sera difficile. Pour ce qui est du bois et des cagettes, n’oubliez pas que le bois vieilli et est sensible à l’eau. Du coup, les planches devront être changées après 2 à 5 ans. Préférez des modèles d’angles droits pour pouvoir remplacer les planches sans nécessité de détruire tout le carré.

Remplissage du bac

Remplir le bac pleine terre prend en compte le fait que la terre du bac sera en contact avec la terre du sol et ses habitants.
De plus la terre contenue dans le bac doit être riche et se dégradera au fur et à mesure.
Le mieux est de créer une terre en « lasagne ».

Construction de la lasagne :
1. Déposez au fond du bac de grosses branches de préférence en décomposition juste au dessus de la grille contre les campagnols.
2. Ajoutez des feuilles et de l’humus
3. Ajoutez des branches et de l’humus
4. Une couche de compost ou du fumier décomposé.
5. Des feuilles mortes, foin, paille, broyat de branches
6. Matière verte azotée (tonte, feuille)
7. Alternez des couches de compost et de matière brune carbone avec de la matière verte azotée.
8. Finalisez avec de la terre végétale sur 20cm
9. Ajoutez du paillage sur 5 à 10cm.