Greenastic / Conseils / Tailler ses arbres

Tailler ses arbres

Bien tailler ses arbres c’est aussi miser sur le long terme. En effet en taillant ses plantes ou ses arbres, vous allez renforcer les racines principales et permettre à vos plantes d’être plus robuste. Tailler, c’est aussi donner une forme (et donc conférer certaines propriétés aux arbres), éviter une multiplication de brindilles qui fragiliseraient la plante et pour les arbres fruitiers, c’est aussi éviter un excès de fruits.
Au sein de cet article, nous allons vous montrer les gestes essentiels pour la taille des arbres. Fruitiers, conifères et même plantes

Les différents types d’arbres

Avant de commencer à tailler ses arbres il faut connaitre le type d’arbre que l’on veut tailler mais aussi la fonction qu’on veut lui donner.
En effet, si vous faites une taille droite, votre arbre sera très haut et conférera une ombre portée importante alors qu’une taille en parasol confèrera une ombre plus proche mais son importance au sol sera très importante.
Maintenant que cela est dit : commençons par un peu de nomenclature.

Scion :
arbre d’un an qui est une simple tige. C’est l’arbre parfait pour décider quelle taille lui conférer. C’est un peu la toile blanche de l’artiste!

Arbre basse-tige :
arbre ayant un tronc d’1 mètre maximum qui produira ses premiers fruits 2 – 3 ans après sa plantation.

Arbre demi-tige :
arbre ayant un tronc d’1 mètre à 1,50 mètre et dont la hauteur peut atteindre 4 à 6 mètres.

Arbre haute-tige :
Arbre dont le tronc est supérieur à 1,50 mètre et qui aura une hauteur entre 10 mètres et 15 mètres.

Les différentes formes des arbres

La forme de l’arbre (mais il en va de même pour les plantes, détermine la fonction qu’on veut donner à l’arbre mais aussi la façon dont on va le tailler).

Arbre en gobelet
Cet arbre n’a plus de branche axiale mais possède plusieurs branches secondaires qui rayonnent à partir du tronc.

Avantages
Contrairement à son voisin de droite (l’arbre quenouille), cette structure laisse passer plus de soleil et les plantes qui seront en dessous recevront une ombre partielle. Ceci permet de mettre des plantes qui ne supportent pas le soleil en direct mais c’est aussi un arbre idéal pour faire la sieste en dessous!

Désavantages
La présence de nombreuses branches secondaires entrainent plusieurs problèmes à surveiller : la fragilisation du tronc; le risque de pourriture à la jonction des branches secondaires.
En effet, si les branches secondaires sont trop nombreuses, le poids sur ces branches vont fragiliser le tronc central et, dans des cas extrêmes, peut faire éclater le tronc.

Arbre en quenouille
Contrairement à son camarade de gauche (oui, oui l’arbre en gobelet), cet arbre a une grande branche axiale principale.

Avantages
Cette structure confère à l’arbre une hauteur plus basse et donc, pour les fruitiers, une facilité de récupérer les fruits qui resteront à portée de main!

Désavantages
Cette forme prend beaucoup de place au sol et on ne pourra que difficilement mettre des plantes en dessous.

Arbre palissé
Cette arbre s’obtient en forçant sa croissance. Très reconnaissable, cet arbre est très peu épais. Trois types existent : la forme palmette U (une division), double U (chaque branche secondaire se subdivise), en cordon (branche unique à l’horizontale).

Avantages
Cette forme permet d’habiller un mur ou le bord d’un chemin.

Désavantages
Cette forme prend beaucoup de place au sol et on ne pourra que difficilement mettre des plantes en dessous.

Tailler ses arbres

Bon ça y est, on y est : taillons taillons!
« Retiens ta scie jeune bucheron » comme dirait les adeptes de la permaculture. En effet, en permaculture, il faut intervenir le moins possible sur la taille des arbres.
Cependant certains cas nécessitent une intervention obligatoire :
– nettoyage (branche atteinte par une maladie ou cassée ou pire, des rejets au pied de l’arbre)
– espace limité (balcon, terrasse, espace urbain)
– rajeunissement (enlever les branches vieilles au profit de nouvelles branches)
– structuration de l’arbre (faire une taille pour donner une forme à son arbre ou pour lui conférer les meilleures conditions d’ensoleillement ou, enfin, pour adapter la forme de l’arbre à un lieu précis).

Recommandations lors de la coupe

Tailler en Hiver ou au début du printemps de préférence. En effet l’hiver permet de connaitre l’architecture de l’arbre qui est dépourvu de ses feuilles ou ses fleurs. Cependant, en hiver l’arbre est endormi et ne pourra donc pas cicatriser rapidement. Le début du printemps permet à l’arbre de cicatriser rapidement mais le fragilise un peu.
Eviter des coupes trop sévères. En effet, une coupe est un « traumatisme » pour la plante ou l’arbre et, trop couper d’un coup risque de le fragiliser et peut conduire, si la coupe est basse, à la mort de l’arbre ou de la plante.
Utilisez toujours des sécateurs propres et non rouillés car sinon, vous allez propager très rapidement les maladies entre les arbres et les plantes. N’hésitez pas à désinfecter les outils avant leur utilisation.
– Utilisez des sécateurs manuels ou électriques, des scies ou encore des épinettes toujours aiguisés.
Couper après une feuille ou un bourgeon. En effet, laisser des moignons de bois est un facteur de risque d’entrée des maladies.